Inconvénients des OGM

Quels sont les inconvénients économiques des OGMs ? 

     Nous allons prendre un exemple concret pour monter l'inconvénient des OGMs pour les petits agriculteurs aux dépens de firmes multinationales. Cet exemple est celui de l'entreprise Monsanto, implantée aux Etats-Unis, première entreprise en ce qui concerne les OGM. Cet entreprise qui est une de celles qui dominent le secteur agro-alimentaire mondial, a connu le succès grâce à la manière avec laquelle elle est arrivée à vendre ses produits dans le milieu agricole américain. L'entreprise a ainsi prétendu lorsque les OGM  sont arrivés dans les années 1990 que ses produits permettraient de meileures cultures , donc de meilleures rendements et ainsi plus de bénéfices pour attirer les agriculteurs nord-américains. Ceux-ci étaient partagés sur les résultats de ces produits mais beaucoup ont finalement cédé.
  Pour montrer l'importance de l'influence de l'entreprise, nous allons comparer l'évolution du train de vie du  agriculteur A qui achète des produits à Monsanto et d'un agriculteur B qui préfère conserver ses habitudes de travail et planter des semences "traditionnelles".
    Ainsi, l'agriculteur A décide de cultiver sur ses terres des semences qu'il a achetées à Monsanto. Ses cultures poussent beaucoup plus rapidement et sa production est bien supérieure à celle de l'agriculteur B. L'agriculteur A, heureux de sa production, décide donc de s'agrandir en achetant de nouvelles parcelles de terre et de nouveaux équipements, en pensant que les OGM vont révolutionner sa vie et lui permettre un rendement bien supérieur. Malheureusement, à cause de toutes ses dépenses, l'agriculteur A s'est tellement endetté qu'il ne lui reste plus commme solution que d'acheter de nouvelles semences chez Monsanto pour produire plus et rembourser ses dette. Cependant, la multinationale ayant attiré d'autres agriculteurs, la concurence est rude et l'agriculteur A vend donc moins de produits. Il devient donc dépendant de Monsanto pendant quelques
temps, puis doit arrêter pour raisons financières.   
Au même moment, l'agriculteur B, qui a préféré conserver des produits traditionnels et n'a pas acheté à l'entreprise Monsato, continue sa vie presque normalement malgré l'augmentation de la concurence, qui diminuera petit à petit du fait de l'arrêt du travail des agriculteurs ayant acheté à l'entreprise. Il n'est donc pas endetté et peut continuer de faire tourner son exploitation.
    Nous venons donc de voir comment l'entreprise arrive à se créer une véritable fortune tout en éliminant les petits et moyens agriculteurs.Sur le long terme, les multinationales à l’instar de Monsanto risquent de monopoliser le secteur agricole en éliminant les exploitants indépendants, n’arrivant pas à suivre la cadence financière. Cette perte pourrait avoir des conséquences importantes, notamment sur le plan social avec une probable hausse du chômage. 
 

Quels sont les risques sanitaires des OGM pour le consommateur ? 

La phrase de la biochimiste américaine Dean DellaPenna résume bien la situation actuelle à propos de la consommation d’OGM : « Le risque alimentaire est partout ». En effet, malgré les nombreux contrôles effectués depuis des années par les chercheurs, personne ne peut encore deviner quels seront les impacts des OGM sur l’organisme humain sur le long terme. 

1) Les risques d’allergies :

 La probabilité du risque d’allergie pour l’homme est à ce jour le principal danger que pourraient engendrer les OGM. 

On considère ainsi qu’aujourd’hui, la proportion de la population qui est allergique à l’un des huit principaux groupes d’aliments (crustacés, noix, œufs, poissons, lait, arachide, soja, blé) pourrait augmenter très fortement avec l’apparition des OGM dans nos assiettes. En effet, il serait possible que le gène introduit lors de la fabrication d’un OGM puisse, sans que cela soit voulu, coder une protéine nouvelle allergisante. Dans ce cas, il serait alors très difficile d’intervenir et la seule solution serait de ne pas utiliser de plantes connues comme étant allergènes. 

On peut prendre comme exemple du pouvoir allergène des plantes génétiquement modifiées le cas du maïs Bt. Ce maïs transgénique a été le premier à être commercialisé au niveau mondial et il a été à l’origine de la commercialisation des OGM. Aux Etats-Unis, le 22 septembre 2000, une association américaine de lutte contre les OGM et de défense des consommateurs remarque des traces de l’ADN d’un gène de résistance allergène, inséré dans le maïs Bt, utilisé pour la fabrication des tortillas, très populaires aux Etats-Unis. Un mois plus tard, la FDA( Food and Drug Administration ),une association responsable du contrôle des OGM après leur commercialisation, déclare que 44 personnes se sont plaintes de démangeaisons, nausées et autres signes d’allergies.

A travers cet exemple, nous pouvons ainsi voir le danger possible des OGM sur la consommation, et aussi que le   pouvoir économique passe souvent devant la santé humaine, malgré les instructions et les lois réalisées.  

Comme nous venons de le voir précédemment, les OGM pourraient comporter des risques pour la santé humaine. Cependant pour les scientifiques, ce n'est pas le plus gros danger ; en effet, c'est notre environnement qui pourrait subir les plus graves conséquences du développement et de la production des OGM.


2) Les risques de nouvelles maladies :

Tout comme les risques d’allergies, les risques de nouvelles maladies ne peuvent pas encore être cités. En effet, il faudra attendre un certain temps avant de savoir si ces dangers sont réels.  

A ce jour, les scientifiques considèrent que les risques d’allergies provoquées par la consommation d’OGM sont le danger maximal. Cependant, ceci ne reste qu’hypothétique car le recul est encore trop faible pour connaître la répercussion des OGM sur notre organisme.
  

En 2003, des chercheurs français ont donné un scénario possible à long terme : selon eux, la protéine fabriquée par le nouveau gène pourrait interagir avec des protéines de l’organisme receveur en les modifiant et ceci peut changer totalement la fonction de cette protéine. Comme on sait que les protéines sont la base de la construction du phénotype humain, cette hypothèse est très inquiétante, d’autant plus que ce phénomène d’interaction entre différentes protéines a été à l’origine de maladies très graves comme la maladie de la vache folle (avec la mutation du prion) ou maladie de Creutzfeld-Jakob. 
  

Cependant, il faut relativiser ces faits : la probabilité que ce scénario se produise un jour est très faible, mais non nulle puisque « le risque zéro n’existe pas ».  
 

Les OGM peuvent-ils être toxiques ?

 

Actuellement, des analyses se font pendant quatre mois sur des rats auxquels on sert tout nouvel OGM pour plat principal afin que les scientifiques puissent savoir si les OGM peuvent rendre malades. Après ces tests, si on ne distingue aucune maladie particulière, les OGM peuvent être autorisés à la vente.

 

Cependant, la difficulté de ces tests est l’interprétation des résultats et notamment le check-up des rongeurs : les chercheurs ne sont pas tous d’accord sur les maladies et les anomalies décelées.

 

Pour mettre fin à ce genre de doute, la Haute Autorité sur les OGM (un comité d’experts récemment mis en place par le gouvernement) suggère de porter à 2 ans la durée de ces tests. Les experts de cette association demandent aussi que le champ des études soit élargi à de nouvelles perturbations comme le système hormonal, les fœtus et la descendance des rats.

 

3) Les résistances aux antibiotiques :  

    Comme nous l’avons vu dans la partie « Création d’un OOGM », les scientifiques intègrent souvent un gène de résistance à un antibiotique en même temps que le gène modifié dans la cellule qu’ils veulent modifier.

             La source du problème est l'existence d'échanges d'ADN entre espèces, appelés transferts horizontaux. Ainsi, on s'inquiète de la possibilité de transmission du gène de résistance d'une plante transgénique à des bactéries pathogènes pour l'Homme. Il en résulterait inéluctablement une recrudescence de la maladie causée par le pathogène. Aucun transfert de ce type n'a été réussi en laboratoire, laissant supposer qu'il est hautement improbable. Toutefois, on ne peut exclure la possibilité qu'il se produise un jour. L'apparition de la vie puis l'évolution des espèces pendant des centaines de millions d'années sont elles-mêmes le résultat d'événements hautement improbables. En l'occurrence, il est plus probable que le transfert de gène de résistance aux antibiotiques provienne de bactéries commensales du tube digestif, car les transferts entre bactéries d'espèces différentes sont connus depuis longtemps et certains gènes de résistances aux antibiotiques sont présents dans la flore intestinale. 
 

Dessin contre les OGMQuels sont les inconvénients environnementaux des OGM?  

 

Il existerait un risque potentiel de contamination d'autres plantes non-transgéniques à partir de plantes transgéniques. En effet, lors de la reproduction végétale, le pollen de la plante modifiée pourrait féconder une autre plante sauvage et ainsi transférer des gènes insérés dans la plante transgénques. Ainsi toutes les plantes deviendraient les même, diminuant la biodiversité. Cependant cela reste des hypothèses car les recherches sur cet aspect ont été suspendues, donc ce risque de contamination n'a jamais pu être prouvé.

Certaines plantes pourraient aussi résister à des insectes utiles pour l’environnement qui ne seraient pas les insectes ciblés, voire même les tuer. Par exemple les maïs transgéniques ont un gène qui leur permet de résister à la pyrale (papillon).Or ce gène tue aussi des larves de chrysopes vertes (insecte qui permet de réguler la prolifération des ravageurs) : en effet ces larves sont tuées par la toxine contenue dans l’estomac des chenilles qu’elles mangent. Ce phénomène pourrait se produire à grandes échelles, dévastant ainsi de nombreuses espèces.

 De plus à long terme les "insectes cibles", dont les plantes qu'ils ravagent se seraient auto-protégés, pourraient devenir résistants à la plante transgénique grâce à une mutation naturelle de ces insectes. Ainsi la création d’OGM deviendrait inutile et les insectes deviendraient beaucoup plus résistants, rendant difficile leur élimination par quelque autre moyen.

 Enfin les plantes étant devenues tolérantes à des herbicides comme le Roundup et le Liberty, les agricultures utiliseraient massivement ces produits. Or ceux-ci sont cancérigènes : il y aurait donc de plus en plus de maladies chez les agriculteurs et les habitants vivant près de ces champs transgéniques. Il faut savoir qu'aux Etats-Unis, ces produits sont la troisième cause de maladie liée à la manipulation et l'utilisation de pecticides.

 

 

 

 

Pour continuer d'évoluer sur le site , c'est ici : conclusion

Pour revenir aux avantages, c'est ici : avantages

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×